Plus belle la vie .... à Saint-Malo de Beignon 56380

13 août 2019

Très certainement sous la pression des procédures en cours, la municipalité de Saint-Malo de Beignon commence à plier.

En effet, nous avons découvert la mise en place d’un piège à ragondin, très récente, au niveau du ruisseau dit de Saint-Malo de Beignon. (Merci J.C qui nous a permis de le trouver). Bien que placé à un endroit original compte tenu que ce sont les ilôts qui sont infestés de ragondins et non pas l’endroit choisi pour y mettre le piège, nous sommes satisfaits de voir que la municipalité de Saint-Malo de Beignon commence à bouger.

Nul doute, pour nous, que l’étau se resserrant très sérieusement depuis un mois sur les très probables manquement réglementaires de la municipalité pour tenter de régler ce problème, l’ARS ayant déjà mis en demeure la municipalité depuis le mois de février d’intervenir sans que rien ne soit fait, les élus ont été contraints de changer d'optique et tente de se dédouaner suite aux plaintes déposées et aux explications qu'ils doivent fournir d'ici le mois de septembre. Il est malheureux que rien ne puisse se faire sur cette commune sans des bras de fer !

Les dernières infos:

Aux dernières nouvelles, un entretien hier avec un inspecteur de l’environnement de la police de l’eau semble confirmer que l’étang sera bien vidé !

Lors de l'inauguration de la base de loisir, le président de la communauté de communes de l'Oust à Brocéliande s'était engagé à régler les problèmes d'entretien aux abords du bras mort bordant le camping d'Aleth. (vidéo à retrouver sur le site des Infos du Pays Gallo). A ce jour rien n'a encore été fait !

20190813_101236

20190813_101253

20190813_101450

Posté par santmaloubenion à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 août 2019

Les ragondins aussi ont le droit aux vacances... Merci les élus !

PART_1564920263017

Même pas peur !

PART_1564920288310

Posté par santmaloubenion à 10:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2019

Nous sommes aux aguets

Lors de l'inauguration des infrastructures de la base de loisirs de Saint-Malo de Beignon, le président de l'Oust à Brocéliande nous a exhibé, à la cantonade, divers documents. Nous avons pu nous en procurer plusieurs dont celui-çi qui montre que ses propos ont été édulcorés par rapport à la version de la préfecture. Nous ne paraphraserons rien, à vous de lire et de vous faire votre opinion. Mais ce n'est pas fini, nous pouvons désormais vous annoncer que la plainte déposée auprès du procureur de la république a été jugée recevable. Une enquête officielle des services de l'Etat est désormais en cours.

4540

4541

 

 

Posté par santmaloubenion à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2019

Les pendules à l'heure oui, mais sur quel méridien ?

Vendredi dernier s’est déroulée l’inauguration de la base de loisirs de Saint-Malo de Beignon, l’occasion pour le président de l’OBC, Jean-Luc Bléher, et du maire de Saint-Malo de Beignon, Marie-Hélène Herry, de réagir à nos précédentes interventions sur ce site concernant les divers problèmes de pollution désormais bien connus sur cette zone. Contrairement à ce que pensent ces élus, nous ne nous sommes pas engagés sur un combat destiné à supprimer ce plan d’eau, mais sur le fait que nous voulons voir ce bien commun entretenu et sûr, tant pour ceux qui vivent à proximité que pour les touristes et les campeurs, sans oublier la nécessité d’offrir aux amateurs de pêche un lieu où pratiquer en toute sécurité leur activité préférée. D’un côté nous avons ceux qui pensent qu’il faut faire les choses en douce, tranquillement, quitte à prendre des risques inconsidérés et ceux, comme nous, qui pensons qu’il faut alerter les populations sur les risques actuels afin de faire pression sur les donneurs d’ordres pour faire nettoyer et entretenir cet étang au plus vite au lieu de laisser pourrir la situation.

Lors de son discours, le président de l’OCB a été pour le moins quelque peu imprécis. Nous notons parmi ses propos concernant l’aspect juridique de cet étang : « nous avons fait les choses dans l’ordre, cet étang date des années 75/80, je suis président de la communauté de communes depuis 2001, nous savions déjà que l’étang n’était pas dans la norme et l’état nous avait aidé à construire ce dossier à l’époque et ne nous avait rien dit. Et là nous sommes en train de régulariser la situation juridique de la légalité de ce plan d’eau. Nous avons saisi les services de l’état et ce sera inscrit dans le dernier trimestre de l’année. A savoir qu’il n’y a pas grand risque qu’il soit remis en cause ». En résumé, pas de problème l’étang sera régularisé en fin d’année tant mieux c’est le but mais 18 ans pour en arriver là !

Mais alors pourquoi dire ensuite ceci : « la gestion des bras morts, c’est là bas, où, à l’origine le ruisseau passait à l’extérieur. Donc dans le cadre d’un contrat territorial avec SGBO on va régulariser ça dans les semaines qui viennent mais on ne peut le faire qu’une fois qu’il y aura eu la régularisation juridique » ! Donc pas de soucis pour régler le problème juridique, mais en fin d’année nous annonce-t-il deux minutes auparavant et maintenant le bras mort sera régularisé dans les semaines qui viennent quand la situation juridique aura été réalisée ! Ce n’est pas nous qui le disons, nous reprenons ce que vous pouvez écouter sur le site des Infos du Pays Gallo, la vidéo complète du discours est en ligne. Si vous arrivez à vous y retrouver tant mieux, nous on a un peu de mal ! A priori ces propos alambiqués sont destinés à remettre les choses en place et à éviter que nous racontions n’importe quoi. Ce n’est malheureusement pas gagné ! Merci de remettre une chronologie en place, régularisation de l’étang quand, dans trois semaines pour ensuite régulariser le bras mort et l'entretenir ou à la fin de l’année et donc pas de régularisation du bras mort avec le SGBO dans trois semaines et les nuisances qui continuent pendant ce temps là ? !

Continuons :

 « Il y a aussi des problèmes d’entretien des espaces avec le camping, on va aussi régler ça sans aucun problème dans les semaines qui viennent » on se demande vraiment pourquoi cela n’a pas encore été fait malgré les très nombreuses relances qui ont été faites par courriers recommandés depuis le mois de mars dernier ?

Mais ce n’est pas fini :

« sur les nuisibles, on y fait attention avec Marie-Hélène Herry, il y a eu des piégeages on a revérifié, à priori il y a peu, de… heu, je parle aussi sous le contrôle de Bernard Becker », là ça coince sérieusement parce que cela fait longtemps qu’il n’y a plus de cages pour piéger les ragondins qui, de plus, se sont installés sur les deux ilots et qu’il n’y a plus de passage pour s’y rendre et donc y poser des pièges, à moins bien-sûr d’y aller à la nage (mais la baignade est interdite). Et côté chemin entre l’étang et le ruisseau de la Foy, il n’y a plus eu, depuis très longtemps, de pièges posés, certaines personnes se faisant un malin plaisir de les jeter dans l’étang pour préserver ces gentilles bêbêtes. Sans doute que depuis elles ont su qu’il y avait eu un grave cas de leptospirose due à ces gentilles bêbêtes. Si des chiffres de piégeages sont transmis par la municipalité, il faudra clairement identifier les lieux de piégeages, la fosse noire n’est pas l’étang ! La précision a son importance !

« Dans l’étang il y a eu le problème de la maladie de la carpe, on a saisi l’Etat là-dessus, qui nous a répondu que à priori la maladie n’est pas réglementée ( ?). Marie-Hélène Herry me disait tout à l’heure qu’il y avait plusieurs étangs contaminés et que cela viendrait de l’approvisionnement en carpes par la société de pêche » alors là ça coince sérieusement, le président de la Gaule Guéroise Anthony Helleu, appréciera surtout qu’il a contrôlé auprès du pisciculteur qui a présenté toutes les preuves de régularité et de contrôle officiel de son entreprise. Tout a été fait dans les règles, cela change d’ici, et aucun étang qu’il a approvisionné n’est contaminé. Question directe à Madame Herry, confirme-t-elle ses propos ? Le pisciculteur est sur la ligne de départ et il n’est pas vraiment content, vous remettez en question, sans preuve, son entreprise !

« Des analyses de l’eau sont faites (mais pas affichées) et ON me dit qu’il n’y a pas de problème, sauf bien sûr pour la baignade », la rien a dire, personne ne demande que la baignade soit autorisée sur le plan d’eau nous sommes, cette fois, tous d’accord.

A noter la technique des élus :

-          pour les ragondins, le président de l’OBC se défausse sur Herry et Becker

-          pour la contamination de l’étang Herry se défausse sur la Gaule guéroise et le pisciculteur

-          la qualité de l’eau : ON me dit

Voilà pour les pendules à remettre à l’heure ! 

    

Enfin le président de l’OBC montre à la cantonade des documents qui, pour lui, conforte toute sa déclaration et qu’il est prêt à donner si nécessaire. Technique classique et bien connu mais qui pour l’heure n’engage que lui. Qu’il les transmette au cabinet d’avocats qui vient de lui adresser une mise en demeure de répondre, sous un délai de deux mois, à de nombreuses questions très précises sur ce dossier.

Maintenant passons au discours de Marie-Hélène Herry maire de Saint-Malo de Beignon, discours tout aussi politique et discutable :

« Sur tout ce que tu as dit, comme maire de la commune de Saint-Malo de Baignon, je pense pareil. Nous faisons notre boulot. Il y en a qui n’ont rien à faire que déblatérer et aller chercher des histoires à droite et à gauche. Je trouve cela triste pour ma part et ne va pas dans le sens de l’intérêt général » on constate que ce ton n’est pas habituel chez elle et pas très politique contrairement au président de l’OBC qui a des propos plus lissés. Pour ce qui est de l’intérêt général il faudrait peut-être commencer à s’en occuper en ayant une véritable action pour remédier aux dysfonctionnements constatés et dont elle a une part de responsabilités qui va être déterminée prochainement. De plus au lieu d’avoir engagé une guérilla partisane contre un exploitant touristique sur la zone, elle aurait mieux fait de prendre son courage à deux mains et aller expliquer clairement ce qu’elle avait entrepris ou aller entreprendre pour limiter les nuisances dont elle est, en tant que maire, chargée de régler.

« Moi aussi j’ai reçu des choses et on va répondre », les choses sont les mises en demeure du cabinet d’avocats d’apporter des réponses sur plusieurs points la concernant en tant que maire et ce sous un délai de deux mois.

Il aurait été tellement plus simple de faire preuve d’ouverture au lieu de se renfermer dans un mutisme arrogant. L’affaire est loin d’être terminée ! Si nous n’étions pas là, qui aurait eu connaissance de la situation ? Le problème n’a même pas été à l’ordre du jour d’un conseil municipal de Saint-Malo de Beignon ! Qui est irresponsable ?

Posté par santmaloubenion à 18:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2019

MDR

L'OBC annonce ce jour sur les réseaux sociaux que la contamination des eaux de l'étang de Saint-Malo de Beignon est éradiquée. Super, mais L'OBC s'appuie sur quelle analyse ? Pourquoi ne pas l'afficher si c'est la vérité ? De plus, la gestion de l'eau est du ressort de la Gaule Guéroise, si l'épidémie est enrayée, pourquoi la Gaule Guéroise qui gère cet étang n'a pas remis de carpes ? Sans compter que cette association perd énormément de financements avec l'interdiction de la pêche. Enfin pourquoi les panneaux préfectoraux interdisant la pêche ne sont pas enlevés ? L'OBC prend de gros risques...

Posté par santmaloubenion à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2019

L’épineux dossier de l’étang de Saint-Malo de Beignon n’en finit pas de s’étoffer.

Comme déjà souligné et désormais confirmé officiellement par deux courriers, l’un de la DDTM du Morbihan en date du 12 juin 2019, l’autre de l’ARS du Morbihan en date du 18 juin 2019, aucune autorisation d’exploitation de cette retenue n’a été faite pour la simple raison que cet étang n’a pas d’existence légale. De ce fait, le propriétaire de cette zone, la commune de Saint-Malo de Beignon et l’exploitant de cette même zone artificielle, la communauté de communes de l’Oust à Brocéliande (OBC), sont en infraction avec le code de l’environnement (article L 214-3).

La réalisation de cet étang, qui a détourné le ruisseau de la Foy, a eu pour conséquence de créer un bras mort ou prolifèrent les nuisibles et plus particulièrement les ragondins dont la population ne cesse d’augmenter par le manque d’entretien, constaté par huissier, et par la non-éradication de ces nuisibles malgré une mise en demeure adressée par l’ARS à Marie-Hélène Herry, maire de Saint-Malo de Beignon par courrier en date du 12 avril 2019, mise en demeure non suivie des faits et là encore constatée par huissier. (A noter également une nette augmentation des vipères d’eau !)

Par courrier du 9 juillet 2019, le cabinet d’avocat JBE spécialisé dans les problèmes liés à l’environnement et l’urbanisme, mandaté pour intervenir dans ce dossier, a transmis ses conclusions au procureur de la république de Vannes avec dépôt de plainte. Le même jour, un courrier mettant en demeure le président de la  communauté de communes d’Oust à Brocéliande de remédier aux désordres constatés et énumérés a été envoyé ainsi qu’au maire de Saint-Malo de Beignon pour ce qui la concerne. Voici pour les faits et la situation du dossier à ce jour.

Lors du dernier conseil communautaire, Jean-Luc Bléher, président de l’OBC, a annoncé et convié les membres de la communauté de communes à venir à l’inauguration de la base de loisir vendredi 12 juillet à 17h.

Compte tenu de ce qui a été précédemment rappelé, il semble que cette décision soit emprunte de légèreté et soit bien éloignée du principe de précaution que les élus devraient appliquer maintenant qu’une procédure officielle est diligentée mettant en doute le droit d’exploiter cet étang illégal et potentiellement dangereux actuellement.

Comment expliquer que la base de loisir, avec pour activité l’utilisation de bateaux électriques qui transporteront notamment des enfants, ne risque pas de les mettre en contact avec une eau et des abords contaminée ?

Si cette situation est jugée par les élus sans fondement, comment expliquer, que certains d’entre eux, ont interdit les écoles de leurs communes de venir, comme par le passé, faire des sorties découvertes du milieu aquatique ?

Comment ne pas s’étonner que le pancartage rappelant les risques de leptospirose, la baignade interdite et la pêche interdite est mis en place sur les différents accès sur le site SAUF au niveau de l’accès à la base de loisirs, celui justement emprunté par le plus grand nombre de touristes encore moins au fait de la situation locale ? La contamination n’est sans doute pas arrivée jusque là un peu comme le nuage de Tchernobyl qui s’est arrêté aux frontières de la France.

Pour l’anecdote, il a été aperçu un couple mettant de l’eau de l’étang dans une petite piscine en plastique pour rafraichir un bébé ! Chacun jugera de la pertinence de prendre des mesures assez rapidement.

Enfin juste une dernière remarque sur un point que désormais nous voulons éclaircir, l’OBC a-t-elle le droit de construire un bâtiment destiné à un mini-port sur la base de loisir. En première approche, les spécialistes du droit déclare que: « cela relève aussi de la problématique loi sur l’eau et en tout cas de la partie des ouvrages en contact avec l’eau ou ayant une incidence sur le milieu aquatique au titre de la loi sur l’eau dont l’étang de Saint-Malo de Beignon fait partie ».

En conclusion, Jean-Luc Bléher a l’intention d’inaugurer des installations qui ont coûté 650 000 € aux contribuables vendredi 12 juillet, destinées à recevoir un jeune public sur un étang qui ne devrait pas exister et un port miniature qui n’a probablement pas l’autorisation légale d’exister. Dès le 1er incident ou accident, qui va payer les pots cassés ? Ne serait-il pas plus judicieux de régler d’abord la situation ?

En marge de ce dossier, un petit exercice de droit pour les élèves qui actuellement préparent un diplôme dans cette branche :

Lors d’une activité organisée par une municipalité, une personne se noie dans un étang qui n’a pas lieu d’exister. La famille peut-elle se retourner contre cette municipalité, au bout de combien de temps sont prescrits ces faits ? Toute ressemblance avec des événements passés sont le fruit du hasard, nous sommes dans un cas d’école. Pour les supers cracs du droit : maintenant que la situation juridique de l’étang est connue et tant que cette situation ne sera pas réglée, une noyade dans un étang qui n’existe pas, est-ce dangereux docteur ?

Nous regrettons que le manque de concertation avec les élus communautaires et ceux de Saint-Malo de Beignon aboutisse à une telle situation qui ne peut être que négative en terme d’attractivité de notre commune. Ce n’est pas faute de les avoir appelés à prendre des décisions et à se mettre autour d’une table afin de proposer des solutions depuis 5 mois maintenant. Mais bercés dans leurs certitudes, pourquoi discuter avec le petit peuple ? Si un jour la commune de Saint-Malo de Beignon est condamnée pour sa gestion malheureuse de ce dossier, les malouins devront aussi mettre la main à la poche, il faut le savoir. 

 

20190705_085742 (1)

 

20190705_090034 (1)

 

20190705_090038 (1)

 

 

Posté par santmaloubenion à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2019

"Hypocrites et faux culs", nouvelle devise de Saint-Malo de Beignon

Ce jour, Marie-Hélène Herry, maire de Saint-Malo de Beignon, a convié les malouins, et plus particulièrement les seniors, à une rencontre conviviale sur la nouvelle aire de jeux réalisée par la municipalité et en service depuis quelques jours. Ne pouvant être taxé d’admirateur inconditionnel de notre maire, c’est tout de même avec un certain malaise que nous sommes obligés de constater le bide de ce moment convivial. L’absence totale des conseillers municipaux et pire des adjoints qui finalement n’ont un titre que grâce à Marie-Hélène Herry, montre que la loyauté n’est plus de mise même pour des anciens militaires. Même si nous remettons en cause le lieu et le coût de cette installation, nous ne pouvons qu’approuver une promesse de campagne tenue. Ce que nous n’accepterons jamais, c’est le manque de droiture de ceux qui se sont mis sur une liste et qui sont incapables d’assumer ensuite les promesses de campagne sur lesquelles ils se sont fait élire. Mais que dire de ses soi-disant électeurs absents, incapables de trouver quelques instants pour soutenir celle qu’ils ont élue. La solitude du chef est, à Saint-Malo de Beignon, un bel exemple de l’hypocrisie et de l’égoïsme bien loin des prêches du curé lors des messes dominicales. Mais c’est vrai que beaucoup sur cette commune n’ont de chrétien que le nom, pas les principes ! C’est bien malheureux ! 

Et pourtant, toute la matinée, le secrétaire de mairie a pris la peine de téléphoner à de nombreux malouins afin de s'assurer d'une présence minimale à cette manifestation ! 

   

Posté par santmaloubenion à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2019

Les procédures sont désormais enclenchées, dommage de devoir en arriver là !

Cette fois la période précontentieuse est désormais terminée et devant l’incapacité des élus tant de la commune de Saint-Malo de Beignon que de l’Oust à Brocéliande communauté à régler le problème de l’étang de Saint-Malo de Beignon, une nouvelle étape a été franchie ce jour par la mise en demeure à la préfecture du Morbihan de faire fermer au public les accès à l’étang afin de rétablir la continuité écologique du ruisseau et de régulariser le statut administratif de celui-ci.

Une mise en demeure a également été faite afin de procéder immédiatement au nettoyage des rives et d’éradiquer les nuisibles, les ragondins, sur les bases du constat effectué par huissier il y a une dizaine de jours et mettant en évidence de graves lacunes tant sur l’entretien que sur le piégeage inexistant des ragondins sur les berges de l’étang.

Enfin une plainte est déposée auprès du procureur de la république pour mise en danger de la vie d’autrui contre le maire de Saint-Malo de Beignon, le président de la communauté de commune et les responsables en charge du tourisme. Enfin, suite à un cas avéré de leptospirose l’an passé sur la commune et des séquelles qui s'en suivent, une expertise médicale va avoir lieu pouvant également entraîner d’autres poursuites in fine.

C’est désormais à la justice de se pencher sur ce dossier que les élus ont voulu enterrer par un silence assourdissant alors qu’une réunion entre les parties et un plan d’action proposé et daté aurait certainement calmé les esprits et permis d’éviter ces procédures qui pourraient avoir de graves conséquences sur le plan touristique pour la commune. L’objectif des requérants est simple, que cet étang et ses abords soient nettoyés et sans danger pour ceux qui s’y promènent et y travaillent. Il s’agit de bon sens et d’esprit de responsabilité. I

Que dire de l’intention de procéder le 12 juillet prochain à l’inauguration de la base de loisir sur une zone contaminée aussi bien au niveau de l’eau de l’étang mais aussi des abords. N’est-il pas surprenant que des écoles soient officiellement interdites d’activités sur la zone par une municipalité mais qu’on puisse laisser les touristes se balader allégrement sur cette même zone ? Toute personne désormais contaminée pourra se retourner contre la collectivité.

Les courriers reçus à ce jour de la préfecture montrent que le statut de cet étang est illégal depuis 1986 et que la situation est parfaitement connue des autorités. Une tentative de régularisation a, semble-t-il, été faite par le président de la communauté de communes, Jean-Luc Bléher, tout récemment afin de tenter de régler le problème. La préfecture aurait rejeté cette demande au motif que le site était pollué. On tourne en rond… Nous attendons toujours une prise de parole officielle de Jean-Luc Bléher afin de démentir cette information !l y a quelques mois, Jean-Luc Bléher avait dit lors d'une cérémonie officielle: "de quoi se mêlent les gens qui ne sont mêmes pas aux affaires" ? Nous nous disons "qu'attendent les gens qui sont aux affaires pour faire le job"!

 

Posté par santmaloubenion à 16:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2019

Le dossier concernant l'étang de Saint-Malo de Beignon n'est pas aux oubliettes!!

Actuellement sur le dossier des logements indécents de la commune de Saint-Malo de Beignon, nous n’en oublions pas le dossier de l’étang qui est en cours d’instruction par les avocats en charge de demander des comptes à la communauté de communes de l’Oust à Brocéliande et à la municipalité de Saint-Malo de Beignon, sans oublier la préfecture du Morbihan. A ce jour, après trois mois et demi que les problèmes sont connus, pas un seul élu que ce soit au niveau de l’OBC ou de Saint-Malo de Beignon n’a eu le courage de venir s’expliquer auprès des riverains et des professionnels. Cela en dit long sur le mépris des élus locaux vis-à-vis de leurs concitoyens. Devant cet état de fait, une nouvelle procédure vient d’être lancée avec une action en responsabilité de tous les acteurs concernés avec demande d’indemnisation pour les préjudices déjà constatés. 

Posté par santmaloubenion à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Proprement scandaleux, Saint-Malo de Beignon, un exemple de gestion communale

Nous suivons toujours nos dossiers et les pièces jointes ci-dessous sont édifiantes. Par courrier de la CAF en date du 16/05/2019, voici plus de détails sur l’état des logements mis à la location par la municipalité de Saint-Malo de Beignon. Nous pouvons lire sur le descriptif joint que l’état des menuiseries portes et fenêtres est jugé mauvais, que la sécurité des habitants quant aux accès est jugée très mauvaise ou dangereuse, que les ouvertures et la ventilation sont très mauvaises, que l’état de l’installation électrique est mauvaise ainsi que l’installation du chauffage. L’estimation des réparations à charge du propriétaire, c'est-à-dire nous, représentés par la municipalité, est de 8 000 € (par appartement) soit 32 000 € à minima. Et nous ne parlons que des logements communaux de la rue de l’église !

Mais bien sûr, la gestion actuelle de Marie-Hélène Herry, maire (LR) de Saint-Malo de Beignon est parfaite aux dires de son club de supporters. Pour nous, si elle s’occupait un peu plus de sa commune, nul doute que ce genre de problème n’existerait pas. Mais la commune de Saint-Malo de Beignon est loin d’être sa priorité, il suffit pour s’en convaincre d’assister aux conseils municipaux où les sujets abordés concernent rarement la commune, pour ceux qui en douteraient il suffit de lire les ordres du jour ou encore de prendre le temps de lire ses pages sur les réseaux sociaux où on peut constater que ses centres d’intérêts sont très loin de sa commune ! C’est vrai qu’il est difficile de reconnaître qu’on s’est trompé, n'est-ce pas…

En ce qui nous concerne, nous trouvons affligeant une commune qui met la vie de ses locataires en danger, mais peut-être que pour certains c’est secondaire ! Pas certain que vous aimeriez vivre dans ce type de logement !

4533

4534

4535

Posté par santmaloubenion à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]