Plus belle la vie .... à Saint-Malo de Beignon 56380

19 avril 2019

Beaucoup d'interrogations suite aux messages reçus...

Nous ne pensions pas si bien titrer notre dernier article en l’intitulant « qu’est-ce que nous cachent les élus ? ». En effet, suite aux derniers articles parus dans la presse, les langues commencent à se délier tant au niveau de notre commune qu’au niveau des personnels de la communauté de communes de l’Oust à Brocéliande. Et les propos recueillis et les mails adressés posent quantité d’interrogations sur la contamination de notre étang qui n’est peut-être pas à chercher aussi loin que nous le croyions au premier abord.

En effet, nous apprenons maintenant que le jardin des évêques semble avoir connu quelques soucis cet hiver, soucis restés très discrets tant sur le bassin en lui-même qui a vu semble-t-il, aux dires de ces personnes, un taux très anormal de mortalité des poissons mais aussi de certains volatiles, toujours aux dires de ces mêmes témoins et qui ne veulent plus couvrir d’éventuels manquements. Toujours d’après ces témoins, les cadavres de poissons ont été retirés discrétement, bien avant le début de contamination de l’étang principal, qui, situé sur un circuit d’eau différent, pourrait avoir été contaminé par les oiseaux, comme les cormorans,  allant d’un bassin de rétention à l’autre. Bien sûr toutes ces informations restent au conditionnel, mais comment mettre en doute les propos de ces personnes dont l’inquiétude est désormais de savoir quels sont les risques réels liés à la contamination de l’étang. Une autre source se pose la question de savoir si la contamination n’est finalement pas due aux oiseaux et plus particulièrement aux fientes des canards, dont les conséquences seraient assez proches des dégâts constatés, conséquences augmentées par le faible débit d’eau. Ce qui est certain désormais, c’est que la municipalité de Saint-Malo de Beignon en sait bien plus qu’on ne le croit. La consigne aurait été de faire le silence sur ces événements.

Questions :

Comment expliquer la disparition de nombreux volatiles du jardin des évêques cet hiver, le maire confirme-t-elle que c’est dû à des vols ou a des personnes mal intentionnées qui auraient ouvert les cages ?

Où sont passés les poissons et notamment les carpes Koï du jardin des évêques ?

Où ont été stockés les poissons morts retirés du bassin ?

La fédération de pêche a-t-elle été mise au courant de cet incident antérieur à la contamination de l’étang ?

Mais sans doute que toutes ces interrogations que nous nous posons ne reposent sur rien, alors pourquoi ne pas communiquer ? Une procédure vient d’être lancée, il faudra bien donner des réponses aux malouins. Si nos propos sont erronés ce sera l’occasion de le démontrer. En attendant, nous sommes aussi citoyens de Saint-Malo de Beignon et nous voulons être rassurés comme tout le monde. Le silence des élus tant à ne pas le faire ! La commune de Saint-Malo de Beignon n’est pas la propriété privée de certains élus combien même ils le penseraient. 

Posté par santmaloubenion à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2019

Etang de Saint-Malo de Beignon, tous les élus aux abonnés absents qu'ont-ils donc à cacher ?

 

1

 

Depuis la découverte de carpes mortes en nombre sur l’étang de Saint-Malo de Beignon début mars et l’identification d’un virus, le Carp Edéma Virus (CEV), comme cause de cette mortalité anormale, un arrêté préfectoral a interdit la pêche et toute manipulation de poissons sur l’étang.

Antony Helleu, président de la Gaule guéroise qui gère l’étang et l’activité de pêche déclare que « depuis le 1er cas identifié de carpe morte, c’est la quasi-totalité des carpes de l’étang qui est désormais décimée soit plusieurs centaines de kilos. Il faut préciser que ce virus ne se transmet pas à l’homme ». Après les articles publiés dans la presse, de nombreux riverains de l’étang et au premier chef les professionnels directement concernés : Yvon Ryo propriétaire du camping d’Aleth et Sylvie Cahain propriétaire du restaurant l’Antre enchanté avec son fils Cyril Rodriguez attendent des réponses à leurs questions sur les mesures que comptent prendre la municipalité de Saint-Malo de Beignon et la Communauté de communes d’Oust à Brocéliande.

« Je suis particulièrement en colère », déclare Yvon Ryo. « Depuis 2011, je ne cesse d’alerter sur les problèmes concernant l’entretien ou le non-entretien de cet étang. Après les épisodes de pollution à répétition que nous avons connus depuis des années et qui ont entraîné l’interdiction de la baignade et de certaines activités comme le triathlon, organisé dans le temps par le camp militaire, le problème dû aux ragondins depuis un an, où nous avons vu apparaître des affichages alertant quant au risque de leptospirose, c’est maintenant un autre virus qui détruit les carpes. Qui nous dit que la pollution persistante de l’étang n’est pas un facteur aggravant pour le développement de ce virus nulle part constaté ailleurs ?» 

De son côté, les propriétaires du restaurant l’Antre enchanté, qui ont ouvert depuis le mois de septembre dernier, ignorent les problèmes antérieurs mais se posent des questions sur les travaux qui pourraient se faire afin d’éradiquer le virus et notamment en cas de vidange de l’étang en pleine saison touristique. « Les clients en parlent mais personne ne sait vraiment ce qui va se passer, certains pêcheurs nous disent que l’étang doit être vidé d’autres pensent que ce n’est pas la peine. Pour le moment nous n’avons eu aucune information en tant que professionnels sur ce qui va se passer. Nous ne sommes pas trop inquiets car notre activité n’est pas directement tributaire de l’étang, nous c’est plutôt la base de loisir, mais nous aimerions tout de même savoir si des nuisances sont à craindre en cas de vidange de l’étang, est-ce qu’il ne faut pas craindre les odeurs, où vont aller les animaux qui vivent autour de cet étang dont les ragondins par exemple » s’inquiète Sylvie Cahain.

Des courriers ont été transmis par Yvon Ryo à la mairie de la commune ainsi qu’à l’OBC, courriers restaient sans réponses à ce jour. « Nous avons un bel outil touristique. Il faut l’entretenir. Nous avons l’impression que chacun se renvoie le problème. Nous demandons juste que les élus concernés nous informent soit par un communiqué officiel, soit par une réunion publique afin de savoir ce qui se passe, ce qui est prévu, quand et comment afin de savoir quelles dispositions prendre pour assurer le bon fonctionnement de nos activités professionnelles » insiste le propriétaire du camping d’Aleth.

D’autres riverains de l’étang, des particuliers, s’inquiètent également quant aux éventuels risques encourus lors des promenades à proximité de l’étang et attendent que des informations soient données.

Posté par santmaloubenion à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2019

Etang de Saint-Malo de Beignon, les dernières nouvelles avant l'épisode 4.

4520

4521

(Article Ouest-France en date du 10 avril 2019)

Posté par santmaloubenion à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2019

Etang de Saint-Malo de Beignon, épisode 3

20190408_142932

(Anthony Helleu, président de la Gaule guéroise)

Les dernières nouvelles, concernant le dossier de la maladie des carpes dans l’étang de Saint-Malo de Beignon, ne sont guère réjouissantes. Cet après-midi, Anthony Heuleu, président de la Gaule Guéroise, est venu communiquer et faire part de ses interrogations et confirmer que pour le moment cette épidémie semblait circonscrite à l’étang communal, aucun autre cas n’ayant, pour le moment, était porté à sa connaissance « mais il peut très bien y avoir des cas de mortalité, mais si personne ne fait remonter l’information pensant que ce sont des poissons morts naturellement… »  D’où l’importance pour les promeneurs qui constateraient des cadavres de carpes de le signaler auprès des mairies, sociétés de pêche ou police de l’eau. Une réunion s’est aussi déroulée le 20 mars au niveau des élus de la communauté de communes d’Oust à Brocéliande (OBC) en présence de Sébastien Noblet, technicien au sein du Syndicat mixte du grand bassin de l’Oust (SMGBO), Anne-Laure Caudal, chargée d’étude de la fédération de pêche du Morbihan et la société GDF mandatée par la fédération de pêche.

Quoiqu’il en soit, on s’oriente désormais vers une vidange de l’étang dans les semaines qui viennent, vidange qui interroge compte tenu du peu d’informations que les techniciens ont sur cette maladie rare qui est décelée pour la 1ère fois dans le Morbihan. « A mon avis, vidanger l’étang uniquement sur une durée de trois semaines me semble étonnant. Pour moi il faut chauler les boues (pulvériser de la chaux vive et laisser agir jusqu’à ce que les vases soient désinfectées). Il faut que les vases soient totalement asséchées sinon rien ne garantit que le virus soit définitivement éradiqué (le Carp Edéma Virus CEV). Cela a un coût mais c’est efficace. Maintenant un séchage de trois semaines sans chaulage, je suis sceptique ». Il faudra également dériver l’arrivée de l’eau dans l’étang en lui faisant regagner son parcours d’antan avec un risque, OBC sera-t-elle autorisée à dévier à nouveau ce cours d’eau pour remettre l'étang en eau ? Rien de moins sûr compte tenu que les concepteurs de cet étang, comme beaucoup d’autres réalisés dans les années 80/90, se sont quelque peu assis sur les règlements de la police de l’eau et la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM). Cette question est peut-être l’une des raisons du manque de communication actuel des élus ! Pour Anthony Heulleu, une vidange ratée, outre le coût de l’opération, aurait un effet dévastateur sur la notoriété de l’étang pour les pêcheurs bien sûr mais aussi pour les autres utilisateurs.

Actuellement toutes les sociétés de pêches du département sont en alerte afin de faire remonter les informations en cas de détection de nouveaux cas ailleurs. Conscient de la mauvaise presse que cette affaire engendre, le président de la Gaule Guéroise, souhaite néanmoins que la communication se fasse au mieux afin de trouver des solutions pérennes. 

Posté par santmaloubenion à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2019

Etang de Saint-Malo de Beignon, épisode 2

Certains riverains et promeneurs de l’étang de Saint-Malo de Beignon commencent à être excédés par les problèmes engendrés par cet étang, mais surtout par le silence total des élus tant de la commune de Saint-Malo de Beignon que de la communauté de communes de l’Oust à Brocéliande face à ces disfonctionnements avérés.

Outre les problèmes récurrents de pollution de l’étang, tantôt des algues bleues, puis des algues vertes, la prolifération des ragondins qui a déjà failli faire une victime l’année dernière avec un cas confirmé de leptospirose, c’est maintenant une contamination de l’étang par un autre virus, le Carp Edéma Virus (CEV) qui attaque et tue les carpes.

Si cette dernière contamination n’est pas liée aux précédentes, on constate à chaque fois un évident défaut de communication de la part des différents acteurs en charge de la gestion de cet étang que ce soit l’OBC ou la commune de Saint-Malo de Beignon. Il faut à chaque fois attendre que certains riverains bougent pour qu’enfin quelques panneaux de danger apparaissent tout au plus.

Entre alerte sanitaire de l’hôpital Pontchaillou de Rennes dans le cas de la leptospirose qui, visiblement, arrive tardivement entre les mains de l’ARS, un dossier plus que douteux sur la création de cet étang qui semble avoir été quelque peu bricolé lors de sa réalisation, la police de l’eau qui déclare ne pas être au courant d’un permis de construire, une déviation d’un cours d’eau qui semble ne pas être autorisée par les textes réglementaires, des boues qui envahissent le ruisseau de Saint-Malo de Beignon et l'étang et qui sont déclarées plus ou moins contaminées en fonction des interlocuteurs, des travaux de curage qui auraient dû être fait avant d’entamer des travaux d’aménagements de la base de loisir, une décision plus ou moins imminente de vidange de l’étang en catastrophe..., les questions sont nombreuses et les réponses rares. Des procédures contentieuses sont désormais sur le point d’être entamées.

Il serait plus que temps que les élus en charge de ce dossier initient une réunion d’information avant que la situation ne prenne plus d’ampleur.

De notre côté, nous allons tenter d’approfondir chacune des questions soulevées ci-dessus et vous pouvez compter sur notre opiniâtreté, désormais légendaire, pour obtenir des réponses au plus vite.

Posté par santmaloubenion à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2019

Etang de Saint-Malo de Beignon, épisode 1

« C’est une catastrophe, nous n’avions vraiment pas besoin de cela surtout en début de saison de pêche » explique Anthony Helleu, président de la Gaule Gauroise, association de pêche qui gère l’étang de Saint-Malo de Beignon. Depuis début mars, les riverains et promeneurs ont constaté la mort de nombreuses carpes. « C’est le garde pêche qui m’a signalé le problème dès le début du mois de mars. Je me suis rendu sur place et j’ai constaté de nombreux cadavres de carpes en surface. J’ai aussitôt pensé à une virémie printanière de la carpe qui est une maladie infectieuse relativement commune, contagieuse et inoculable de la carpe due à un virus spécifique du groupe des rhabdovirus. La maladie se déclare au printemps quand l’eau est comprise entre 11 et 17°C, il n’existe aucun traitement ou vaccin contre cette maladie. J’ai tout de même récupéré deux spécimens afin de les faire analyser. J’ai rendu compte à la police de l’eau et à la fédération de pêche du Morbihan qui ont pensé au même problème. Mais comme j’avais observé une anomalie, à savoir que les yeux des carpes malades avaient une endophtalmie  (yeux rentrés) alors que l’un des symptômes de la virémie de la carpe est l’exophtalmie (yeux exorbités). En cherchant sur Internet, j’ai vu que ce symptôme était révélateur bien souvent de la maladie du sommeil de la carpe, le Carp Edéma Virus (CEV). J’ai aussitôt appelé la fédération de pêche en signalant mon doute à Anne-Laure Caudal, chargée d’étude de la fédération de pêche du Morbihan. Je lui ai adressé des photos et une analyse sur les poissons a été faite qui a confirmé la maladie ». La maladie du sommeil de la carpe est connue au Japon depuis 1974 et a provoqué des ravages dans les étangs de carpes Koï. Trente ans après, cette maladie est signalée aux Etats-Unis, au Brésil et dans huit pays européens dont la France. Elle touche désormais aussi les carpes communes, présentes dans l’étang de Saint-Malo de Beignon.

Comment cette maladie, qui est décelée pour la 1ère « C’est très compliqué à savoir. Déjà c’est une maladie nouvelle, nous avons peu d’information sur cette maladie. Il y a des poissons qui peuvent être porteurs sains, donc peut-être ceux que nous avons mis lors du rempoissonnement en début d’année, mais aucun autre cas n’a été décelé parmi les carpes fournies ailleurs par notre pisciculteur, cela peut être tout simplement un particulier qui aurait mis un poisson rouge dans l’étang, poisson qui aurait été mis en contact avec des carpes Koï ou directement une carpe Koï mise dans l’étang ou encore un pêcheur qui a un petit étang avec des carpes Koï et qui aurait récupérer quelques gardons pour aller pêcher ensuite dans l’étang de Saint-Malo de Beignon. On ne peut absolument pas savoir d’où cela vient ».

Comment régler ce problème ? « La décision n’est pas encore prise, mais malheureusement le choix est faible pour éradiquer la maladie. Une réunion a eu lieu au niveau de la communauté de communes de l’Oust à Brocéliande qui a la compétence sur cet étang. Anne-Laure Caudal a fait ses préconisations. Il faut s’attendre à devoir vidanger rapidement l’étang, la direction départementale des Territoires et de la Mer (DDTN), qui a compétence sur la gestion de l’eau, va certainement mettre en place une procédure d’urgence afin que cela soit réalisable dès le mois d’avril ».

En attendant que les mesures soient prises, un arrêté préfectoral a interdit la pêche et toute manutention de poissons sur l’étang. De plus, si des pêcheurs sont venus sur l’étang avant cette interdiction, Anthony Helleu demande à ce que tous nettoient leurs matériels de pêche à l’eau de javel, notamment les épuisettes, les bottes et tout vêtement ayant pu être en contact avec des poissons afin de ne pas exporter la maladie ailleurs. Ne surtout pas tenter de ramasser les cadavres, laisser faire les agents en charge de le faire et qui ont reçu les informations nécessaires. Cette maladie, si elle devait atteindre les cours d’eau, pourrait se propager très loin et détruire la totalité des carpes de rivière. Si certains observent ailleurs des morts de carpes suspectes, informez l’association ou la police de l’eau.

Comment se passera une éventuelle vidange de l’étang, combien de temps et quelles seront les traitements nécessaires ? « Les poissons sont pour le moment bloqués dans l’étang. Il va falloir le vider complètement et détruire la totalité des poissons qui s’y trouvent. Ensuite il faudra faire un chaulage, laisser les vases sécher et les désinfecter parce que la maladie peut rester dans les sédiments. Mais si en plus il faut les enlever et les traiter, la dépense peut être énorme sans compter que cela risque de durer plusieurs mois à minima. C’est un coup dur pour la Gaule Guéroise, nous venions de rempoissonner l’étang pour 6 000 € et nous avions des projets d’aménagements de parcours pour redynamiser la pêche sur cet étang. Cela va impacter la vente des cartes de pêche, les cartes journalières, les cartes vacances. C’est l’une de nos principales ressources. Cela va être très préjudiciable pour nous en termes d’image et sans aucun recours possible. Heureusement tout le monde a été réactif, espérons que cela suffira à circonscrire le mal sur l’étang ».

 

 

 

Posté par santmaloubenion à 12:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2019

A méditer, vous ne l'entendrez pas sur les radios...

"Les Gueux" #Chanson #GiletsJaunes

Posté par santmaloubenion à 16:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2019

Soutien aux gilets jaunes.

 

 Résultat de recherche d'images pour "caricature macron"

Encore un samedi parisien tendu que personne n’a vu venir malgré les heures et les heures d'antenne des pseudos intellectuels sur les plateaux de télévision des chaînes d’infos en continu, des journalistes excités comme des chiens sur des os, persuadés d’avoir tout compris et de "débriefer" les imbéciles que nous sommes. C’est à qui fera l’analyse la plus fumeuse, la plus tordue, assis bien au chaud dans leurs studios et dont la plupart ont largement atteint l’âge de la retraite, mais qu’ils se gardent de prendre trop contents de continuer à amasser des revenus facilement gagnés, tandis qu’une grande partie des auditeurs crèvent de faim le 10 du mois.

Par peur de perdre leurs avantages acquis, ils sont là à faire la leçon aux gilets jaunes, qui ne comprennent rien, qui ont déjà eu suffisamment de largesses de la part de leur show man Macron et que maintenant il faut rentrer bien sagement à la maison et si possible en disant merci. La récréation est terminée !

Les gilets jaunes sont responsables de tous les maux, de tous les désordres ! Le monde à l’envers ! Ne parlons pas des députés LaREM qui se succèdent sur les plateaux, complètement paumés, dont la moitié du temps est de demander à tous de dénoncer des violences dont ils sont finalement les premiers responsables par leur arrogance et leur mépris de ceux qui ne sont pas dans leur camp, l’autre moitié du temps à tenter de nous faire croire que Jupiter nous a compris, lui aussi ! Entre le ministre de l’intérieur Christophe Casterner, en boite de nuit et le président  Emmanuel Macron au ski, nul doute qu’ils nous ont compris. Pour ma part, total soutien aux gilets jaunes et respect pour ceux qui depuis quatre mois tentent de mettre plus de justice dans ce pays qui a besoin d’un vrai chef.

( Caricature Les echos)

 

Posté par santmaloubenion à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2019

Politiquement local...

La période des bilans de gestion des communes et communautés de communes est arrivée. Avec comme à son habitude la nécessité, pour les élus, de faire passer la pilule des chiffres pour certains, de tenter de dissimuler les résultats pour les autres dans des artifices budgétaires plus ou moins grossiers, en jouant sur l'annualité des comptes, mais surtout avec l'obligation pour ces derniers bilans des mandatures municipales de ne surtout pas augmenter, quoi qu’il arrive, les taux d’impositions avant les élections de mars 2020.

Certains s’en sortent mieux que d’autres à ce petit jeu, le pompon revenant certainement à la communauté de communes d’Oust à Brocéliande dont les résultats financiers divulgués la semaine dernière sont loin de prouver aux électeurs que le regroupement de trois communautés de communes ont fait faire des économies aux contribuables que nous sommes ! Mais après tout la cour des comptes avait elle-même annoncé que le regroupement des régions françaises, loin de nous faire faire des économies, avait entraîné une sérieuse augmentation des dépenses. Alors pourquoi à l’échelon local les résultats auraient été meilleurs. Par contre nous sommes en droit de nous demander la part de responsabilité des élus de la communauté de communes de l’Oust à Brocéliande dans ces résultats guère brillants. Du moins pour les citoyens qui ne sont pas aux affaires et qui demandent des comptes à ceux qui le sont !

Nous ne reviendrons pas sur la réunion de quartier qui s’est déroulée à Saint-Raoul et où le maire de Guer a rejoué le sketch de la grande surface qui aurait dû s’implanter au nord de la RN 24 durant sa mandature, l’un des sujets phares de sa campagne électorale en 2014 et qui n’a pour l’instant même pas les prémices d’une solution, quant à la mise en place d’un transport collectif entre Guer et Beignon passant par Saint-Malo de Beignon, une fois de plus un chiffon rouge agité en période pré-électoral qui n’engage que ceux qui l’écoute. Mais au moins cette fois les précautions d’usages sont prises en annonçant que cela coûte cher. Donc si vous voulez un transport en commun, faudra que vous vous  le payez ! Comme si nous n’étions pas déjà assez taxer ! Et après on viendra nous parler de transition écologique ! Non seulement en milieu rural nous payons des impôts nationaux dont nous n’avons aucune retombée mais en plus il faut encore augmenter les impôts des territoires pour avoir à minima un échantillon des services dont disposent les grandes agglomérations ! Au fait comment sont indemnisés nos élus communautaires pour leurs déplacements ?

Jeudi 14 mars à 20h30, c’est au tour des élus de Saint-Malo de Beignon de présenter la situation financière de la commune lors du conseil municipal. Nous sommes convaincus qu'ils seront tellement bons qu'on va nous annoncer une baisse des impôts pour 2020, la REmise en place d'une benne à déchets verts, la REcréation du CCAS pour pouvoir financer le repas annuel des anciens, l'installation d'un parc de jeux sur la commune, la création du jardin du souvenir au cimetière et l'organisation d'une course cyclistes sur le boulevard du Prè au Recteur entre autres...

Posté par santmaloubenion à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 février 2019

A porter au bilan de notre maire, Marie- Hélène Herry à la fibre sociale exemplaire !!!!!

 Alerté par plusieurs locataires installés dans les logements appartenant à la commune, nous avons pu constater avec surprise que le patrimoine locatif communal était dans un état de délabrement et d’insalubrité quelque peu avancé : isolation quasi-inexistante, chauffage électrique qui s'apparente plus à des grille-pains énergivores, ballons d’eau chaude sérieusement attaqués par la rouille, compteurs électriques douteux et certainement plus vraiment aux normes, pour certains ne disposant même pas d’une poubelle verte individuelle du SMICTOM (alors que chaque locataire est taxé au plein tarif), mobilier vétuste quand il n’est pas hors service pour certains équipements électro-ménagers. Alertés à de nombreuses reprises, tant le maire que les adjoints sont parfaitement au courant de la situation depuis de nombreux mois. Aux dires de certains locataires, la CAF aurait même diligenté un « état de décence » pour certains logements !

Citoyen de la commune, nous sommes aussi tous, de ce fait, les copropriétaires de ces logements et donc du patrimoine qu’ils représentent pour la commune. A ce titre, si un défaut d’entretien de ces habitations par la commune est avéré, c’est notre patrimoine qui s’étiole peu à peu. Quand on voit le gabegi financier des travaux de la rue du Pré au recteur qui réservent encore bien des surprises, on est en droit de se demander si cet argent dépensé n’aurait pas été plus rentable pour notre commune en finançant une remise en état de ces logements communaux qui sont sources de revenus !

Tous ces faits demandent à être vérifiés par des personnes extérieures et indépendantes afin d’être en mesure d’avoir un état des lieux impartial de nos logements communaux. Nous espérons qu’un membre du conseil aura l'honnêteté de faire inscrire cette question à l’ordre du jour du prochain conseil municipal !

Nous savons que le maire s’est rapproché de certains locataires qui commencent à bouger face à cette situation, mais sans prendre vraiment les mesures qui s’imposent ! Nous avions déjà constaté l’ardeur de cette dernière à dissoudre le CCAS, sa fibre sociale étant visiblement plus que fine ! Une fois de plus nous ne pouvons que constater que les problèmes de sa commune sont sous la pile de ses nombreux dossiers ce qui nous conforte dans notre constat, on ne peut pas être partout à la fois et faire correctement son travail ! 

Affaire à suivre et nous allons la suivre.

Posté par santmaloubenion à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]